Tirages des tarots, astrologie ou voyance : votre nouveau site de voyance au féminin




Ravie de vous retrouver pour la gazette de novembre 2016….

Le 2 novembre, nous fêterons les êtres chers qui ont quitté le plan terrestre ; ce sera en effet la Fête des morts ou Commémoration des Fidèles défunts.

Cette célébration est véritablement une fête dans certaines traditions : au Mexique par exemple et dans certains pays d’Amérique Latine où la bonne humeur, la musique, la lumière et un festin sont de mises en souvenir des chers disparus.

Au Japon, ce sont des feux de joie et des bougies qui sont allumés pour guider les âmes à travers leur chemin.

Mais quelle que soit la tradition suivie, la Fête des défunts reste le moment privilégié où l’on se retrouve en communion avec les êtres que l’on a aimés et chéris, avec lesquels nous avons vécu et traversé de multiples expériences, heureuses ou plus éprouvantes.

Et même s’ils ne sont plus sur le même plan que nous, chacun d’eux perçoit les tendres pensées ainsi que les fleurs et les prières qui leurs sont adressées et que nous leur offrons en cette occasion.

La célébration de cette fête, le souvenir de ceux qui ont partagé notre vie et qui évoluent maintenant sur un autre plan, c’est la concrétisation de millions de filaments d’amour qu’ils perçoivent de leur nouvelle demeure…

Tournons-nous maintenant vers l’Afrique ... l’éléphant d’Afrique est en danger de mort !!!

Depuis 1989, date de l’entrée en vigueur de l’interdiction du commerce international de l’ivoire, jamais le braconnage d'éléphants n'avait atteint un tel niveau en Afrique ...

Il faut savoir que depuis cette date, soit depuis 27ans maintenant, tous les pays du monde ont saisi des tonnes d’ivoire issues du commerce illicite (qu’ils ont brûlées ou broyées publiquement) et que malgré la protection mise en place par la police et les diverses ONG pour défendre cette espèce au coeur des parcs protégés, le massacre des éléphants continue et s’intensifie.

Un éléphant est tué toutes les 15 minutes !!! Il reste 352.000 éléphants répartis sur 18 pays ; si rien n’est fait pour arrêter cela, à ce rythme là, il n’y aura plus d’éléphants sur le continent africain d’ici 10 ans.

Il meurt plus d’éléphants qu’il n’en naît, la période de gestation de l’espèce étant particulièrement longue. En effet, les éléphants ont la plus longue gestation parmi les mammifères terrestres : elle dure de 20 à 22 mois et elle est suivie d'une période d'allaitement de 36 à 48 mois.

C’est toujours le trafic international d’ivoire qui est en cause et qui persiste malgré une prise de conscience croissante au niveau mondial. Les trafiquants tuent les éléphants pour récupérer l’ivoire de leurs défenses qu’ils revendent à prix d’or (1800€ le kilo) auprès des pays asiatiques qui en sont toujours de friands demandeurs.

Rappelons que dans la culture chinoise, les sculptures en ivoire témoignent de la richesse de leur propriétaire.

La Chine consomme les trois-quarts de l’ivoire provenant illégalement d’Afrique. Au même titre des efforts que la Chine a déployé pour sauver les pandas géants et les tigres, et qui ont porté leurs fruits, il lui est demandé, comme

elle s’y était engagée en septembre 2015, de « prendre des mesures significatives pour mettre fin au commerce national d’ivoire ».

«Si la Chine n’est pas en pointe pour porter un coup d’arrêt à la demande d’ivoire, les éléphants d’Afrique pourraient disparaître d’ici à une génération», met en garde Douglas-Hamilton, fondateur de Save the Elephants.

De nombreux acheteurs d’ivoire ne font d’ailleurs pas le lien avec la cruauté du braconnage ni avec son impact sur la survie des éléphants. Par le biais de partenariats avec des médias chinois, allemands, français, britanniques, sud-africains, hollandais et américains, l’ONG IFAW (International Fund for Animal Welfare) a diffusé son message pour la défense des animaux auprès de millions de voyageurs et consommateurs d’ivoire potentiels.

Rappelons que pour protéger les rhinocéros qui eux sont décimés pour leurs cornes, dans certaines réserves, et après anesthésie, les soigneurs injectent à l’intérieur de la corne une substance sans danger pour l’animal mais dangereuse et toxique pour l’homme. Une fois la procédure terminée, le rhinocéros reçoit un antidote à l’anesthésie.

Mais ce procédé n’est pas applicable chez l’éléphant car la structure de la défense se rapproche de celle de la dent et non de celle de la corne. Des recherches scientifiques sont donc en cours en ce sens…

Et si l’on parlait recyclage ? Nous avons déjà eu l’occasion d’aborder, dans une précédente gazette, le projet « Ocean Cleanup » mis en place pour dépolluer les mers et les océans du plastique.

L’Espagne est également très active en matière de dépollution et de recyclage des plastiques. Depuis septembre 2015, les pêcheurs qui partent sur la Méditerranée ne ramènent pas seulement du poisson dans leurs filets. En effet, ils récupèrent également le plastique pollueur, grâce à l’idée géniale et à l'initiative d'un jeune entrepreneur espagnol, Javier Goyeneche, qui s’est fixé pour objectif de transformer les ordures de la mer en vêtements écologiques !!!

Mais au début de cette belle aventure, les pêcheurs étaient pour le moins récalcitrants à l’idée de jouer les éboueurs de la mer. Il aura fallu 1 an à Javier Goyeneche pour les convaincre de participer à ce beau projet.

Accroupis dans leurs grands cirés jaunes, les pêcheurs vont trier, sélectionner, éviscérer, laver et conditionner les captures. Et lorsqu'ils trouvent des ordures (bouteilles, chaussures, pneus, morceaux de filets usagés, plastiques et résidus en tout genre), ils ne les rejettent plus à la mer mais les réservent dans une grande poubelle de récupération.

Actuellement, près de 200 chalutiers, jouent le rôle d'éboueurs des mers en Espagne.

Comme le souligne le journal Le Monde, aujourd’hui, le bateau Platja-del-Moro rapporte 150 kg de poissons et 20 kg de déchets à recycler. Ces derniers seront envoyés à l'usine pour être triés, broyés en paillettes, tamisés et réduits en granulés. C'est un processus très sélectif : des 39 tonnes de résidus pêchés ces sept derniers mois, seuls 10 % vont servir, ceux des bouteilles en plastique clair qui contiennent du PET (polyéthylène téréphtalate). Le reste est récupéré pour d'autres usages.

Les granulés sont ensuite transportés vers une société spécialisée dans la filature continue de polyester qui a dû réaliser de multiples essais pour ajuster ses machines afin de créer un fil suffisamment résistant. C’est ainsi que treize mille mètres carrés de tissus ont été créés. La société Ecoalf a présenté sa première collection faite des déchets de la mer (bouteilles plastiques, filets de pêche…) à Florence en Italie.

C’est ainsi que l’on peut voir des blousons et des sacs à dos dans les magasins huppés de Londres et de New York issus de cette récupération et de cette transformation.

Ce procédé qui est une vraie réussite doit être maintenant étendu à la Catalogne et au Sud de l’Espagne. Et pour ce faire, des recrutements de pêcheurs sont en cours … Un projet pilote qui a fait des pêcheurs les gardiens des fonds marins et des acteurs de la dépollution des mers.

Thème du mois : le respect

Que l’on peut qualifier comme une attitude de considération, d'égard, envers soi-même, envers un individu, un animal, la planète ou tout autre chose.

Le respect se manifeste par une attitude de déférence et par le souci de ne pas porter atteinte à l'objet du respect, ni à le heurter inutilement. En fait, de ne jamais faire aux autres ce que l’on n’aimerait pas qu’ils nous fassent …

Il est vrai que lorsque l’on observe la société actuelle, les différents échanges qui s’y déroulent, les décisions qui y sont prises ainsi que les évènements qui font la presse quotidienne, on peut dire, à juste titre que la notion de respect est malheureusement ignorée et occultée dans de nombreuses situations.

Le respect est la base de tout système de vie, de tout système de communication.

Le respect commence par soi-même. Le respect de sa personne, de son corps, de ce corps qui nous a été alloué le temps de notre incarnation actuelle, et qui se concrétise par le choix de ce qui rentre dans le corps ( alimentation saine, pensées positives…), par le choix de ce qui en sort (paroles, actes….), ainsi que le respect de sa famille (parents, conjoint(e)), de ses amis, de tous ses proches et même de l’inconnu que l’on croise dans la rue.

Cela entraîne la sensibilisation et le respect par rapport à l’ensemble des autres règnes qui nous entourent, animal, végétal et minéral et s’étend à la planète entière.

Sans le respect et donc l’acceptation de soi (ce qui sous-entend que nous nous acceptions tel que nous sommes, sans nous jugez, en étant spectateur de nous-mêmes et en améliorant ce que nous souhaitons amélioré qui ne nous convient pas…), nous aurons des difficultés à respecter les autres personnes placées sur notre chemin, ( qui sont la résultante de la loi de cause à effet, la résultante de nos choix et des actes que nous avons accomplis dans cette vie et dans les vies antérieures) et tout ce qui touche la préservation des autres règnes de la planète, préservation qui nous incombe en tant qu’être humain.

Si chacun applique même un tant soi peu le respect, la planète et ses habitants se porteront beaucoup mieux.

La pollution de l’air (par le trafic incessant de l’aviation, des voitures) et des mers et des océans, les déforestations, l’extermination des animaux (éléphants, rhinocéros, tigres..), la vampirisation des ressources naturelles, sont dues au non respect de l’homme vis-à-vis de tout ce que porte et nous offre notre belle planète…. Heureusement, les esprits s’éveillent et l’être humain en a de plus en plus conscience ; et même si certains ne se sentent pas concernés, la majorité est sensibilisée et impliquée pour améliorer et redresser les choses. C’est ce qui importe.

Pour terminer, je vous recommande la lecture du remarquable livre de FRANS DE WAAL « Sommes-nous trop bêtes pour comprendre l’intelligence des animaux » Editions LLL.

Frans de Wall, psychologue et primatologue mondialement reconnu, nous amène à réexaminer tout ce que nous croyions savoir sur l’intelligence animale et humaine. Il explore l’étendue et la profondeur de l’intelligence animale et nous révèle à quel point les animaux sont en réalité intelligents et à quel point, trop longtemps, nous avons sous-estimé leurs aptitudes.

Ce qui va probablement nous amener à réexaminer notre comportement vis-à-vis d’eux et à redécouvrir, sous un autre regard, ce peuple animal si intelligent et sensible…

Je vous souhaite une très belle continuation.

Mylène


Dernier article


©2018 EyesVoyance - est un site destinée aux arts divinatoires tels que l'Astrologie, la Cartomancie, les Médiums, la Numérologie, la Tarologie et la Voyance. L'utilisation du site est réservé ŕ une public adulte. L'ensemble de vos interlocuteurs vous garantissent une consultation téléphonique (ou tout autre support) totalement confidentielle et privée. Chaqu'un est tenu au secret professionnel le plus stricte et rigoureux.