Tirages des tarots, astrologie ou voyance : votre nouveau site de voyance au féminin




On reconnaît le degré de civilisation d’un peuple à la manière dont il traite ses animaux.

Quel peuple sommes-nous ? »

Gandhi

Bonjour,

L’été est une saison qui apporte beaucoup de joie et de bonheur : les vacances, le farniente, le soleil omniprésent qui dope notre moral et notre stock en vitamine D, les fruits colorés si rafraîchissants gorgés de soleil, de vitamines et minéraux, les bons plats locaux, les rencontres en famille et entre amis, les sorties, les visites du coin… Après avoir bien profité de tous ces agréables moments, ça y est, c'est la rentrée pour la plupart d’entre nous et il est maintenant temps d’adopter un rythme différent.

Heureusement, toute cette belle énergie accumulée pendant les vacances nous permet de reprendre le fil de nos habitudes et de nos obligations dans les meilleures conditions.

Reposé, détendu et plein d'allant, rayonnant avec un moral à toute épreuve, l’ancien vacancier bénéficie de cet état de grâce physique et psychique qui pourrait bien sembler éphémère s’il ne l’entretient pas.

Afin que cet « effet » vacances se prolonge dans le temps au lieu de disparaître aussi rapidement qu’il n’est venu, voici quelques conseils faciles à appliquer qui permettront de préserver et de conserver ce capital tonus et moral au beau fixe le plus longtemps possible.

Tout d’abord, il est important de conserver une alimentation saine et équilibrée ; de préférence cuisinée soi-même avec des aliments bio, donc sans pesticides et autres composés chimiques dangereux (en premier lieu pour ceux qui les aspergent, les agriculteurs, puis pour l’environnement et les consommateurs) et superflus, et en n’hésitant pas à augmenter la part de légumes verts et de fruits.

Une activité physique régulière est la bienvenue ; il est vrai que Septembre est le mois qui inscrit le plus d’adhésions dans les clubs de sport. Pour ceux qui n’affectionnent pas les clubs de sport, la natation, le vélo, le jogging ou la marche rapide sont excellents pour la santé. Le principal est d’avoir une activité régulière dont le rythme soit adapté à son âge et à sa condition physique.

Il est également important d’avoir un sommeil réparateur car comme il est maintenant prouvé scientifiquement, le manque de sommeil régulier entraîne des effets néfastes et dangereux sur la santé.

La coupure avec l'activité professionnelle est salutaire et indispensable. « Elle permet, comme le souligne le Professeur Michel Lejoyeux, psychiatre à l'hôpital Bichat à Paris, d'être plus productifs lorsque nous rentrons. C'est pourquoi, au cours de l'année, il faut conserver des moments de déconnexion de la vie professionnelle, sans culpabiliser ».

Alors dès qu’on en a l’occasion, on prend le temps de se faire plaisir en organisant des sorties, soirées, week-end avec ceux que l’on affectionne particulièrement famille, collègues et amis….

Très bonne rentrée à tous…

La sixième extinction de masse est en cours… Bien avant qu’une espèce disparaisse, elle voit son aire de répartition diminuer et sa population baisser. Dans une étude très alarmante, des chercheurs américains et

mexicains arrivent à la conclusion que les espèces de vertébrés reculent de manière massive sur Terre, à la fois en nombre d’animaux et en étendue.

Les disparitions d’espèces ont été multipliées par 100 depuis 1900, soit un rythme sans équivalent depuis l’extinction des dinosaures il y a 66 millions d’années.

Pour exemple, en 2016, la planète ne comptait plus que 7 000 guépards et 35 000 lions africains (- 43 % depuis 1993). Les populations d’orangs-outans de Bornéo ont chuté de 25 % ces dix dernières années (suite au massacre des forêts, leur habitat naturel, pour planter des palmiers à huile), pour atteindre 80 000 individus, tandis que celles de girafes sont passées de 115 000 spécimens en 1985 à 97 000 en 2015. Celles de pangolins (mammifères insectivores édentés) ont été complètement décimées.

Au total, plus de 50 % des animaux ont disparu depuis quarante ans. Ces conclusions confirment celles du rapport « Planète vivante », publié en octobre 2016 par le Fonds mondial pour la nature (WWF) : il estimait que les populations de vertébrés ont chuté de 58 % entre 1970 et 2012.

Tous les continents sont concernés par cette érosion spectaculaire de la biodiversité. Les zones les plus touchées, notamment pour les mammifères et les oiseaux, sont celles situées aux tropiques (Amazonie, bassin du Congo, Asie du Sud-Est) car ce sont les plus riches en termes de faune.

Corollaire de la perte d’effectifs, la faune voit son territoire se rétrécir comme une peau de chagrin.

Cas emblématique, le lion a longtemps régné sur la majeure partie de l’Afrique, du sud de l’Europe et du Moyen-Orient, jusqu’au nord-ouest de l’Inde ; on ne compte aujourd’hui qu’une poignée de populations dispersées en Afrique subsaharienne et une population dans la forêt de Gir, en Inde.

Environ 40% des mammifères (dont des rhinocéros, orangs-outans, gorilles et de nombreux grands félins) survivent désormais sur 20%, voire moins, des territoires sur lesquels ils vivaient autrefois.

Les causes de cette catastrophe sont connues, elles sont imputables, en premier lieu, à la perte et à la dégradation de l’habitat sous l’effet de l’agriculture, à l’exploitation ou plutôt à la vampirisation forestière,

à l’exploitation à outrance de l’urbanisation ou de l’extraction minière.

Viennent ensuite la surexploitation des espèces (chasse, pêche, braconnage), la pollution, les espèces invasives, les maladies et, plus récemment, le changement climatique.

« Les moteurs ultimes de la sixième extinction de masse sont moins souvent cités, il s’agit de la surpopulation humaine, liée à une croissance continue de la population, et de la surconsommation, en particulier par les riches. » comme le précisent les chercheurs.

« Nous ne disposons que de deux ou trois décennies au maximum », préviennent-ils. Il y va de la survie de la biodiversité mais également de l’humanité.

La faune et la flore sont indispensables à l’équilibre de la Terre ; qu’il s’agisse de la pollinisation, de l’amélioration de la productivité des terres, de l’assainissement de l’air et de l’eau ou du stockage du CO2…

Les solutions : Des actions obligatoires et prioritaires sont à mettre en oeuvre immédiatement pour stopper ce fléau ; ce sont : la réduction de la croissance de la population humaine (qui passe par la planification familiale) et de sa consommation excessive, l’utilisation de technologies moins destructrices et donc plus respectueuses de l’environnement, l’éradication du trafic et du commerce des espèces en voie de disparition ou encore l’aide aux pays en développement à maintenir leurs habitats naturels (déjà en cours dans certains pays) et à protéger leur biodiversité, auquel il faut ajouter l’arrêt du gaspillage de la nourriture par les pays occidentaux.

En effet, sur ce dernier point, dans le monde, le tiers des aliments produits chaque année pour la consommation humaine, soit environ 1,3 milliard de tonnes, est perdu ou gaspillé, selon un rapport préparé par la FAO (Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture).

Près de 50% d’aliments sains sont gaspillés chaque année dans l’Union Européenne, alors que 79 millions de personnes vivent en dessous du seuil de pauvreté et qu’un quart d’entre elles dépend de l’aide alimentaire.

En l'absence de mesures, le gaspillage alimentaire pourrait atteindre 126 millions de tonnes par an en 2020, une hausse de 40 %. La réduction du gaspillage passe par des campagnes d’information du « Mieux éduquer pour moins gaspiller ».

La plupart des consommateurs achètent trop car ils n’ont tout simplement pas conscience des quantités qui leurs sont nécessaires. Pour leur permettre d'acheter uniquement la quantité qu'ils souhaitent, les producteurs sont mis à contribution ; ils doivent proposer plusieurs dimensions d'emballages alimentaires et prévoir une meilleure conservation.

Les produits proches de la date de péremption ou endommagés doivent être vendus au rabais, de manière à les rendre plus accessibles aux personnes démunies ou donnés aux associations spécialisées dans l’aide aux plus démunis qui se chargeront de les redistribuer…

La mise en application rapide de l’ensemble de ces mesures permettra ainsi de stopper l’extinction et d’inverser cette tendance dévastatrice qui touche notre planète…

Le vendredi 22 septembre annonce le changement de saison avec l’arrivée de l'automne.

La notion de saison est connue depuis l'antiquité. C’est l'astronome, mathématicien, philosophe, géographe et poète Ératosthène, qui est parvenu à calculer l'inclinaison de l'axe de la terre, phénomène responsable des saisons, au IIIe siècle avant J.-C.

Ce passionné d’astronomie réalisa un catalogue de plus de 600 étoiles et 44 constellations. Et en observant la position du Soleil à Syène puis à Alexandrie au moment du solstice d'été, Ératosthène parvient à déterminer la circonférence de la Terre avec une bonne précision.

En mathématiques, il a inventé un procédé (le crible d'Eratosthène) permettant de trouver les nombres premiers. Devenu aveugle, cet érudit écourtera sa vie en l'an 194 av. J-C en se laissant mourir de faim.

Le 22 septembre 2017 à 22 h 01 ce sera l’équinoxe. Rappelons que l’équinoxe correspond au moment de l'année où le soleil se trouve au zénith à l'équateur terrestre, la terre se trouvant alors à angle droit (en prenant les pôles) avec les rayons du soleil. Le jour et la nuit ont alors la même durée.

C’est l'astronome Hipparque de Nicée, reconnu comme le plus brillant astronome de l’Antiquité, qui a découvert la précession des équinoxes au IIe siècle av. J.-C.

Il a également conçu un instrument de mesure et de calcul, l’astrolabe, permettant d’établir la hauteur d’un astre par rapport à l’horizon.

Restons dans les étoiles puisqu’à partir du 23 septembre et jusqu’au 23 octobre 2017, ce sera l’anniversaire des natifs de la Balance.

La nouvelle vie (annuelle) d’un individu commence à chaque nouvel anniversaire et non le 1er janvier comme nous avons l’habitude de le fêter et de le croire à tort par tradition, sauf si la personne est née un 1er janvier…

Les natifs de la Balance et les Ascendants Balance devraient bénéficier, durant cette période, d’un facteur chance non négligeable et d’une mise en avant pour accompagner les remises en question et changements qui leurs sont nécessaires et imposés.

Il est à noter que le facteur temps est un atout considérable qui les accompagnera lors des différentes étapes de ces bouleversements, indispensables à leur nouvelle vie.

Pour une grande majorité, ces changements concerneront le secteur du travail.

N’entreprenez donc rien à la légère ni dans la précipitation. Le facteur temps est le gage de votre réussite. Prenez le temps de préparer et de murir votre projet.

Des décisions à prendre et des changements importants et radicaux sont donc à prévoir, à accepter et à concrétiser notamment dans le domaine du travail pour un avenir meilleur, qui vous ravira, à terme...

Très bon anniversaire à tous nos amis Balance…

À très bientôt et bonne rentrée à tous,


Dernier article


©2018 EyesVoyance - est un site destinée aux arts divinatoires tels que l'Astrologie, la Cartomancie, les Médiums, la Numérologie, la Tarologie et la Voyance. L'utilisation du site est réservé à une public adulte. L'ensemble de vos interlocuteurs vous garantissent une consultation téléphonique (ou tout autre support) totalement confidentielle et privée. Chaqu'un est tenu au secret professionnel le plus stricte et rigoureux.